topblog Ivoire blogs

15/06/2013

"La Radio" au 66ème Festival de Cannes/Short Film Corner

Affiche_La Radio_.jpg



page web Short film.jpg



Photo Badge Festival de cannes2013.jpg



LA RADIO

Idée Originale/Scénario/Dialogues : KOUAKOU KOFFI FIDELE
Complément d’écriture : Armand Brice TCHIKAMEN


SYNOPSIS

Un vieil homme, propriétaire d’un poste transistor tout neuf est obsédé par l’idée que l’appareil est en panne.
Boni, le réparateur chez qui le vieil homme apporte le poste radio «défectueux» semble ne pas être de cet avis.
Mais que peut bien faire le réparateur, sinon «réparer» un poste qui paraît sans problème ?
Et si la panne tant recherchée était tout autre chose ?

La Radio_A Guisso_P IRIE BI.jpg




FICHE TECHNIQUE & ARTISTIQUE

Production: PREDARTOR STUDIO
Producteur: Armand-Brice TCHIKAMEN


TECHNICIENS

1° Co-Réalisateur : Armand-Brice TCHIKAMEN
2° Co-Réalisateur : Fidèle Kofi
3° Directeur Photo : Siam MARLEY
Alex BONI

4° Ingénieur de Son : Hervé IMBOUA
5° Directrice de Production : Léopoldine COULIBALY
6° Chargée de Production : Déborah KIMOU
7° Cadreur : Armand-Brice TCHIKAMEN
Siam MARLEY
Samuel OUEDRAOGO
8° Maquilleuse : Sidonie ATTOUNGBRE
9° Accessoiriste : N’ZUE Maxime
10° Machiniste : Segui SEM


ACTEURS

- Vieux Technique Alexis GUISSO
- Boni Philippe IRIE BI
- Vendeur Ambulant Sylvain TOURE
- Voix radio 1 Jean Eudes KOFFI POKOU
- Voix radio 2 Ines DIE FONEYE
- Voix radio 3 Jean Charles BITTY

Photo Trnage la RADIO 2.jpg

08/02/2012

Les résultats du Concours de Scénarios de l'AJTEC-CI connus

afrilogo.jpg

Le site et la revue de référence des cultures africaines

MURMURE

Abidjan, le 5 février 2012février 2012 - palmarès
www.facebook.com/groups/137516005134

Ajtecci1.jpg

(Le porte-parole du jury Armand-Brice Tchikamen (au centre) avec deux des lauréats, Jean-Charles Touré et Isabelle Kouraogo)


Lancé le 17 décembre 2011, le concours de scénarios de courts-métrages de l'Association des Jeunes Techniciens de la Télévision et du Cinéma de Côte d'Ivoire (AJTEC-CI) a connu son apothéose le samedi 4 février 2012 avec la proclamation des résultats.

La première édition de la compétition dénommée "Concours de Scénarios de Courts-Métrages de l'AJTEC-CI" a couronné Jean-Charles Touré avec son scénario "Un apprenti sur la piste".

Pierre-Marie Sindo pour son projet de film d'animation "A qui le trésor" a été désigné deuxième. Et en troisième position s'est classée Isabelle Kouraogo avec le scénario "Le voile déchiré".

Le porte-parole du jury, Armand-Brice Tchikamen a félicité tous les participants pour leurs efforts et a souligné "le niveau moyen mais encourageant des scénarios proposés". "Je suis convaincu qu'après les ateliers de réécriture, les trois projets vainqueurs deviendront de magnifiques films," a ajouté Armand-Brice Tchikamen.

Les auteurs des trois scénarios lauréats prendront part à deux ateliers de réécriture et à un atelier de réalisation, soutenus par le fonds hollandais Hubert Bals, lié au Festival International du Film de Rotterdam. L'AJTEC-CI et ses partenaires produiront ensuite ces films.

Le jury était constitué du producteur et réalisateur ivoirien Désiré Tehua ; du producteur et réalisateur camerounais Armand-Brice Tchikamen ; du scénariste et réalisateur français Yacine Badday ; de la productrice, actrice et réalisatrice australienne Chantal Denoux et du producteur et réalisateur franco-ivoirien Alain Philippe Lacôte.

La participation est "très satisfaisante pour une première édition" selon l'AJTEC-CI qui a reçu au total vingt-trois projets dont deux n'ont pu être évalués du fait que leurs auteurs vivent hors de la Côte d'Ivoire. Le concours étant réservé aux personnes résidant dans le pays.

Créée le 13 novembre 2010, l'AJTEC-CI est une association regroupant des jeunes réalisateurs, cameramen, monteurs, scénaristes et autres techniciens de l'image et du son. Elle a pour objectifs principaux de former ses membres et contribuer à redynamiser les secteurs du cinéma et de la télévision en Côte d'Ivoire.


Pour de plus amples informations, veuillez contacter l'association AJTEC-CI à l'adresse suivante ajtecci@yahoo.fr ou au numéro : +225 08 28 14 14

04/01/2012

CONCOURS DE SCENARIOS DE COURTS-METRAGES DE L’AJTEC-CI

ajtecci.jpg


Et c'est parti pour le Concours de scénarios de courts-métrages de l'AJTEC-CI ! On attend vos scénarios jusqu'au 17 janvier 2012! Le concours de scénarios est une initiative de l’Association des Jeunes Techniciens de la Télévision et du Cinéma (AJTEC-CI) avec l’appui de l’HUBERT BALS FUND, de l’Institut des Sciences et Techniques de la Communication (ISTC), du GOETHE INSTITUT d’Abidjan, de l’ESMA, et du CMC.

LE JURY
Jury constitué du réalisateur et producteur Désiré Téhua (Côte d'ivoire), de la réalisatrice, actrice et productrice Chantal Denoux (Australie), du scénariste et réalisateur Yacine Badday (France), du réalisateur et directeur photo Armand-Brice Tchikamen (Cameroun-Côte d'Ivoire), du réalisateur et producteur Philippe Lacôte (Côte d'Ivoire-France)

REGLEMENT DE LA PREMIERE EDITION DU CONCOURS DE SCENARIOS DE COURTS-METRAGES DE L’AJTEC-CI

Préambule : Le concours de scénarios de l’Association des Jeunes Techniciens de la Télévision et du Cinéma (AJTEC-CI) a pour but de permettre à des jeunes auteurs et des réalisateurs de réaliser un film vidéo, à partir du scénario qu'ils auront écrit. Les participants primés participeront à des ateliers de réécriture et de réalisation, puis dirigeront, en collaboration avec l’AJTEC-CI, une équipe technique et artistique. Les films ainsi réalisés seront diffusés dans différents festivals de courts-métrages.

Le concours de scénario

Article 1 : Le concours de scénarios est organisé par l'AJTEC-CI avec le soutien du Fonds Hubert Bals de Hollande.

Article 2 : Ce concours est ouvert à toute personne physique résidant en Côte d’Ivoire, sans limite d’âge ou de restriction de nationalité. La priorité est cependant accordée aux jeunes auteurs. La participation au concours est individuelle. Sont exclus du concours le jury et les membres de l’AJTEC-CI faisant partie du comité d’organisation, ainsi que leurs familles.

Article 3 : Tout scénario proposé doit être une fiction libre, écrite en langue française, sans restriction de thème ou de sujet. Le court-métrage peut appartenir à tous les genres mais doit néanmoins être visible par un large public. Il ne doit pas prévoir des effets spéciaux à gros budget. Chaque participant ne peut proposer qu'un seul scénario.

Article 4 : La durée finale du scénario devra être inférieure ou égale à 7 minutes. Chaque candidat doit faire parvenir à l’AJTEC-CI AVANT LE 17 JANVIER 2012 MINUIT à l’adresse suivante : ajtecci@yahoo.fr, un dossier comprenant :
• Un scénario de court-métrage de fiction dont il est l’auteur, sous la forme d’une version dialoguée : (7 pages maximum – marge normale – police courrier 12 – format A4 – pages numérotées – présentation classique du scénario en séquences).
• Un synopsis du scénario (1 page maximum – police courrier 12 – format A4).
• Une note d’intention (1 page maximum – police courrier 12 – format A4)
• Une biographie de l’auteur (1 page maximum – police courrier 12 – format A4)

Article 5 : Chaque participant s'engage sur l'honneur à avoir intégralement écrit son scénario et à donner une œuvre originale. Toute reprise, intégrale ou partielle d'un autre texte ou film est formellement interdite. Toute présentation du scénario de quelqu'un d'autre sous son propre nom est également formellement interdite. Toute fraude se traduit par l'exclusion immédiate et sans appel du candidat du concours.

Article 6 : En proposant un scénario, chaque candidat s'engage, si son scénario est lauréat du concours, à participer aux deux ateliers de réécriture et à l’atelier de réalisation, ainsi qu’à la production de son court-métrage entre février et avril 2012.

Article 7 : Le jury souverain dans ses décisions, déterminera les trois lauréats. Les critères de sélection sont l’originalité, la qualité et la faisabilité du scénario. Les décisions du jury sont sans appel.

Article 8 : Les résultats du concours seront proclamés lors d’une cérémonie le 5 FEVRIER. Ils pourront également être consultés sur Internet dans le groupe Facebook de l’AJTEC-CI, « Jeunes Techniciens de la Télévision et du Cinéma de Côte d’Ivoire ».

Article 9 : Les auteurs et ayants droits des scénarios primés donnent leur accord, à titre gracieux, pour que leurs noms et tout extrait de leurs œuvres puissent être, le cas échéant, utilisés à des fins promotionnelles et communiqués aux médias.

Article 10 : Les trois lauréats bénéficieront d’une participation gratuite à deux ateliers de réécriture de scénario et un atelier de réalisation dirigés par des professionnels du cinéma et de la télévision de Côte d’Ivoire.

Les Ateliers de Réécriture et de Réalisation

Article 11 : Les trois lauréats seront rejoints par des jeunes techniciens de l’image et du son, sélectionnés par l’AJTEC-CI sur appel à candidature. Ils constitueront trois équipes de sept membres chacune, qui participeront aux ateliers de réécriture et de réalisation. Une attestation de participation sera remise à l’issue des ateliers.

Article 12 : Les participants sélectionnés s’engagent à la ponctualité, à être disponibles entre février et avril 2012 pour les ateliers et les tournages et à ne pas utiliser les scénarii mis à leur disposition à des fins autres que celles prévues par le présent règlement.

La Production et la diffusion des courts-métrages

Article 13: Les gagnants signeront un contrat de production avec l’AJTEC-CI.

Article 14: La production des courts-métrages est prise en charge par l'AJTEC-CI et ses partenaires. Le tournage et le montage des courts-métrages se feront à Abidjan grâce aux moyens techniques et artistiques mis à disposition par l’AJTEC-CI.

Article 15: Les courts-métrages seront sous-titrés en Anglais et proposés à différents festivals au nom des vainqueurs et de l'AJTEC-CI. Les vainqueurs ne peuvent en aucun cas s'opposer à la diffusion de leurs courts-métrages, qu'elle soit festivalière ou télévisuelle.

Article 16: La simple participation ou le fait de s’associer au concours implique l'acceptation complète du présent règlement.

Article 17 : L’AJTEC-CI se réserve le droit de proroger la date limite d’envoi des scénarii. En cas d’impossibilité pour l’AJTEC-CI de faire aboutir la production des films sélectionnés pour des raisons indépendantes de sa volonté, aucune contrepartie ne pourra être réclamée.

Des additions en cas de force majeure, des modifications du présent règlement peuvent également être publiés. Elles seront considérées comme des annexes au présent règlement.

La responsabilité des organisateurs et des partenaires ne saurait aussi être engagée quant à l'utilisation illégale que pourrait faire des tiers des scénarios.

Article 18: Le présent règlement du concours est disponible sur simple demande par email à l’adresse ajtecci@yahoo.fr ou sur le groupe Facebook de l’AJTEC-CI. Toutes questions non prévues par ce règlement seront traitées ultérieurement et intègrement par les organisateurs.

18/10/2011

La fiction télé africaine veut rompre son isolement

177449_des-jeunes-congolais-regardent-un-film-dans-une-salle-de-projection-video-de-fortune-a-brazzaville-le-01-juin-2002.jpg



LA ROCHELLE - Confrontés au manque d'argent, souvent isolés, les réalisateurs africains comptent sur le Festival de la fiction télé de La Rochelle pour présenter leurs oeuvres, mais aussi pour faire des rencontres et trouver des financements.


"Ceux qui tentent de produire des fictions en Afrique francophone ont énormément de difficultés. Ils bénéficiaient de soutiens qu'ils n'ont plus aujourd'hui. Et ils sont très isolés", explique Quentin Raspail, président du festival, dont la 13e édition s'est ouverte mercredi soir.

"L'idée c'est de leur offrir la possibilité de montrer leurs fictions à un public de professionnels, de provoquer des rencontres, peut-être de rompre leur isolement et de leur donner du courage", poursuit-il.

Trois films très différents figurent cette année dans la sélection africaine du festival: "Ina", une série du Burkina Faso en 15 épisodes de 26 minutes, qui raconte l'histoire contemporaine d'une jeune fille souvent déchirée entre l'autorité paternelle et les opportunités de la vie; "Les Rois de Ségou", une saga historique malienne sur l'épopée du royaume Bambara de Ségou; et "Julie et Roméo", un téléfilm sentimental burkinabé.

"Le festival nous permet de faire voir nos oeuvres, de rencontrer des réalisateurs et d'autres acteurs, de voir comment ils travaillent, et de discuter avec les producteurs, parce que ce qui bloque le cinéma africain, ce sont les financements", souligne Gérard Ouedraogo, acteur principal du film "Julie et Roméo".

Pour Boubacar Sidibé, réalisateur des "Rois de Ségou", première série historique africaine de cette ampleur, le festival est "une opportunité de voir la réaction des gens" vis-à-vis de son travail, jamais présenté en Europe, et de rencontrer des producteurs et diffuseurs en dehors des télévisions africaines et de la chaîne francophone TV5 Monde, qui diffuse déjà cette saga.

"On travaille à la réalisation de la deuxième saison, qui est prévue pour la fin de l'année. Comme le financement n'est pas entièrement bouclé, si on arrivait à attirer l'attention de certains producteurs, ce serait une bonne chose", indique-t-il.

Les réalisateurs d'Afrique francophone souffrent notamment d'une industrie de la fiction télé peu structurée dans leurs pays, ce qui les empêche souvent de disposer de financements pour leurs films et pour anticiper des développements futurs.

"On est encore un peu dans une production où on trouve les financements pour produire une fiction, on la produit, et après il faut pendant un an ou deux ans retourner chercher de l'argent pour de la production à court terme", explique Frédérick-Louis Boulay, directeur des programmes de TV5 Monde.

"Comme l'argent est rare, souvent le réalisateur écrit, imagine, va chercher des financements lui-même, donc joue le rôle de producteur. Ce qui manque, c'est un apport structurel en argent frais, des investissements à moyen terme qui pourraient leur donner de la visibilité pour développer, pour faire travailler des scénaristes et des réalisateurs en amont sur plusieurs projets", ajoute-t-il.

Pour lui, "l'organisation industrielle qui existe en Europe, et particulièrement en France, avec les systèmes de co-financement par le CNC (Centre national de la cinématographie), par la distribution, n'est pas assez développée en Afrique, ni même la production privée".

Grâce aux contacts noués à La Rochelle, si "dans un avenir proche, d'autres distributeurs, producteurs avaient envie de coproduire ces films, ça serait un ballon d'oxygène formidable pour permettre un décollage de cette industrie", souligne-t-il.