topblog Ivoire blogs

03/07/2011

De la pub destinée au cinéma chez Google

1308557915GoogleCinema.jpg



Le géant américain profite de la grande messe du cinéma mondial à Cannes pour présenter Media Ads, un nouveau format publicitaire destiné à l’industrie du 7ème art.

Google continue de faire son show en dévoilant une autre « nouveauté ». Media Ads consiste à intégrer, dans les liens sponsorisés du moteur de recherche, un lien renvoyant vers une bande-annonce de film ou tout autre contenu similaire, sans que l’internaute quitte la page qu’il est en train de visiter.
Google s’est associé dans un premiers temps à quelques majors de l’industrie cinématographique américaine (Warner Bros ou encore Disney), pour faire la promotion des films tout récemment sortis (ou prévus sortir) en salle comme « Cars 2 » ou « Pirates des Caraïbes 4 ».
Ce format publicitaire peut s’avérer intéressant dans la mesure où la réglementation française est encore assez restrictive quant à la publicité télévisée pour le cinéma.
La facturation reste différente des annonces texte classiques sur Google. Le principe des enchères ne s’applique pas et le coût par clic reste fixe.

Orange et Alcatel font revivre le Cinéma en Afrique francophone

Coup du pub ou action commerciale ? Toujours est-il que quand deux géants de la téléphonie s'y mettent pour faire revivre le cinéma en Afrique francophone ça donne ceci ...


Lancement de la caravane Cinétour par Orange et Alcatel One Touch en Afrique de l’Ouest


Image1.png

Orange et Alcatel One Touch annoncent le démarrage officiel de la caravane « Cinétour par Orange et Alcatel One Touch » en Afrique de l’Ouest.


Le Cinétour par Orange et Alcatel One Touch est une caravane sous-régionale itinérante qui sillonnera les régions du Mali, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Niger, de la Guinée et de la Guinée Bissau à tour de rôle chaque année pendant trois ans pour diffuser gratuitement des films africains et internationaux sur écran géant en plein air.

Fidèle à ses engagements en matière de Responsabilité Sociale d’Entreprise, Orange agit en tant que soutien actif à la création culturelle et à la diffusion de la culture dans les pays d’Afrique ou elle opère. Le Cinétour est né du double constat de l’attrait constant pour l’image et le cinéma par les populations, mais aussi des grosses difficultés de diffusion en salle que connait le cinéma en Afrique depuis plusieurs années. Le Cinétour permet de relancer véritablement le cinéma auprès de son public en Afrique en l’emmenant à la rencontre des populations chez eux, notamment en zone rurale.

Marc Rennard, Directeur Exécutif pour la zone Afrique, Moyen-Orient et Asie du groupe France Télecom-Orange a déclaré : « Orange est très fier d’être à l’origine de ce projet qui permettra à des milliers de personnes en Afrique qui n’auront jamais la chance de fréquenter une salle de cinéma, de voir projeté chez eux dans des conditions de haute qualité les dernières créations du cinéma africain et international. C’est une grande première qui marquera sans aucun doute l’histoire de la diffusion du cinéma en Afrique. »

« Alcatel One Touch est très fier de faire partie de cette aventure exclusive qu’est le Cinétour. C’est une occasion unique de célébrer les valeurs de proximité, de générosité et d’émotions que les téléphones Alcatel One Touch partagent avec le continent Africain », a déclaré Sandra Bozon, Responsable Alcatel One Touch sur l’Afrique Sub-saharienne.

Tout au long du Cinétour, la marque proposera le one touch 305. Au format ultra compact, doté d’un appareil photo intégré, d’un lecteur MP3 et de la radio, le one touch 305 rend accessible a tous l’usage de la photo et de la musique sur mobile.

Frédéric Massin, à la tête de CinéCom, société organisatrice de la caravane : « Au moment de l’âge d’or du cinéma en Afrique, il y avait de très grandes salles, quelques-unes couvertes dans le centre des grandes villes, mais la plupart étaient à ciel ouvert. Grâce à des moyens techniques important – grands écrans et son puissant et de haute qualité – le Cinétour souhaite recréer la magie de ces grandes séances de cinéma en plein air. C’est cet esprit de communion cinématographique que le Cinétour veut recréer lors de ces fêtes de cinéma itinérantes. »

Africable Television a choisi de soutenir le Cinétour et assurera la médiatisation de l’événement auprès du public sur ses antennes en annonçant notamment les itinéraires, lieux et dates de projection dans les différents pays traversés.

Pour accompagner le lancement du Cinétour, la première édition du Festival Orange du Cinéma de Bamako se tiendra dans la capitale malienne du 10 au 13 juin avec 15 films qui seront projetés en 33 séances dans les grandes salles de la capitale (le Babemba, l’Institut Français et Le Blonba), en plus des séances de projections en plein air dans les différents quartiers de la ville.

contact presse
01 44 44 93 93 – Tom Wright, tom.wright@orange-ftgroup.com

27/03/2011

mobiCINE et AfricaFilm.tv : Partager et faire revivre le cinéma africain

evt_Mobicine_Cannes2010.jpg



mobiCINE a pour ambition de faire revivre le cinéma dans les quartiers populaires des capitales ouest-africaines. Il repose sur un modèle économique innovant, qui s'adapte de façon pragmatique aux réalités urbaines africaines, pour être compétitif face aux pirates qui ont poussé (toutes) les salles à fermer. mobiCINE est déployé en partenariat avec la Ville de Bamako, la Ville de Dakar, le Centre du Cinéma du Mali, et les Ambassades de France au Mali et au Sénégal.

AfricaFilms.tv est un site de VOD dédié aux films africains, aux films sur l'Afrique, aux films de la diaspora. Un site de téléchargement payant légal, accessible depuis le monde entier, qui garantit des revenus équitables aux producteurs africains. AfricaFilms.tv leur propose en outre des services exclusifs et gratuits, leur permettant notamment de créer des sites web intégrant leur propre boutique VOD.

www.AfricaFilms.tv

08/03/2011

La passion...de SERGEO MARCHELLO !

C'est toujours émouvant de lire le parcours d'un frère, ami et compagnon de lutte dans la quête de la réalisation de ses rêves surtout quand on y a participé. Un seul mot : Pour que vive le cinéma africain ...


Ma passion...ma passion!

sergeo M.jpg

(Cliquez pour lire les légendes)

C’est ma rencontre avec Armand Brice Tchikamen en 1996 qui renforce ma passion pour le cinéma. Avec Ousmane Stéphane, nous nous battons alors pour faire parti de la jeune famille cinématographique camerounaise. Nous mettons au monde un premier bébé intitulé L’évadé en cavale en support VHS (franchement c’est une horreur, tout est pourri). Ce qui m’a marqué à ce moment est le fait que nous nous rendions compte de la laideur du produit, au moins, nous sommes conscient que nous sommes nul. Le film est tourné en 16h de temps, monté à l’aide de deux magnétoscopes, et le résultat est plutôt très loin de nos attentes. S’en suit alors un travail approfondi dans la recherche du savoir. Nous nous lançons alors dans le visionnage des making off de films classés série A tels Terminator, Autant en emporte le vent, et bien d’autres. Nous ne lessivons pas non plus dans la lecture de documents portant sur la fabrication de films. L’absence d’Internet ne nous aide pas, car, la documentation avale tout ce que nous possédons comme argent de poche (la galère). Deuxième tentative, Témoin à séduire. A ce niveau, nous savons au moins comment est constituée une équipe de tournage, ce que c’est qu’un plan, un angle, une prise, et bien d’autre choses qui pouvaient nous aider à fabriquer des images. Le tournage se déroule plutôt bien, seulement, il est beaucoup plus long que nous ne l’avions prévu ; 6 semaines à gérer une équipe de 24 personnes. Avec Ousmane à la réalisation et Armand Brice comme assistant, je me charge des prises de vue, et pour la première fois, un (vrai) film est tournée dans la ville de Bafoussam. Malheureusement, personne de nous n’avait pensé au montage. Nous avions 21 bandes des 2 heures chacune et il fallait en fait 2 heures de film. Nous nous rendons donc compte que nous avons encore trop à apprendre.

Le 27 Avril 1998, je quitte le Cameroun pour le Nigeria où le cinéma est déjà assez avancé. Ma mission pour le groupe est d’aller acquérir le maximum de savoir pour pouvoir dans un premier temps faire avancer Témoin à séduire, et ensuite enseigner aux autres. Ce qui est drôle c’est que nous sommes tellement optimiste que nous ne mettons jamais en avant le facteur temps. Après 6 mois passés au Nigeria, je ne savais toujours par où commencer. C’est alors que Ousmane m’y rejoint et nous faisons la connaissance de Branny qui est alors un des producteurs les plus côté du pays de Sani Abacha. Après avoir visionné les bandes du film, il est pris d’admiration par notre travail et se lie donc d’amitié avec nous. C’est donc à travers Branny Video que je fais mes premiers pas dans le monde du cinéma Nigerian en 1998. Après 4 années passé avec cet homme qui me fera franchir les portes blindée de Nollywood, je monte ma propre boite audio visuelle, la Thunder Records, spécialisée dans la production musicale et la post-production cinématographique. En 2004, je fais la connaissance de Jeta Amata, le réalisateur de Amazing Grace (nominé au festival de Canne), qui me fera participer à de très grands ateliers de formation. C’est en 2006, après avoir remporté le best editor award (récompense du meilleur monteur) au Tinapa Film Festival que je fais la connaissance de Patrick Ene, alors patron de la Pat and Ray Picture, et devient le directeur technique de cette boite.

C’est grâce à l’association Horizon Jeune que je décide de rentrer au Cameroun en 2008 pour le tournage de la série Paradis, réalisée par Ousmane Stéphane, qui lui aussi revient après 5 ans passés en France.

Après mon départ du pays en 1998, Ousmane et Armand Brice qui ont fait la connaissance de Théodore Nana, ont continué et ont tourné un autre long métrage intitulé Le successeur. Seulement, la soif de savoir encore plus les poussera à partir aussi ; Ousmane en France, et Armand Brice en Côte d’Ivoire. Nous ne nous sommes jamais perdu de vue, et étant donné que nous nous formions sous des cieux différents, nous ne manquions pas de nous échanger les idées chaque fois que l’occasion se présentait.

(c) http://www.unicafrik.com/sergio/passion