topblog Ivoire blogs

27/03/2011

mobiCINE et AfricaFilm.tv : Partager et faire revivre le cinéma africain

evt_Mobicine_Cannes2010.jpg



mobiCINE a pour ambition de faire revivre le cinéma dans les quartiers populaires des capitales ouest-africaines. Il repose sur un modèle économique innovant, qui s'adapte de façon pragmatique aux réalités urbaines africaines, pour être compétitif face aux pirates qui ont poussé (toutes) les salles à fermer. mobiCINE est déployé en partenariat avec la Ville de Bamako, la Ville de Dakar, le Centre du Cinéma du Mali, et les Ambassades de France au Mali et au Sénégal.

AfricaFilms.tv est un site de VOD dédié aux films africains, aux films sur l'Afrique, aux films de la diaspora. Un site de téléchargement payant légal, accessible depuis le monde entier, qui garantit des revenus équitables aux producteurs africains. AfricaFilms.tv leur propose en outre des services exclusifs et gratuits, leur permettant notamment de créer des sites web intégrant leur propre boutique VOD.

www.AfricaFilms.tv

08/03/2011

La passion...de SERGEO MARCHELLO !

C'est toujours émouvant de lire le parcours d'un frère, ami et compagnon de lutte dans la quête de la réalisation de ses rêves surtout quand on y a participé. Un seul mot : Pour que vive le cinéma africain ...


Ma passion...ma passion!

sergeo M.jpg

(Cliquez pour lire les légendes)

C’est ma rencontre avec Armand Brice Tchikamen en 1996 qui renforce ma passion pour le cinéma. Avec Ousmane Stéphane, nous nous battons alors pour faire parti de la jeune famille cinématographique camerounaise. Nous mettons au monde un premier bébé intitulé L’évadé en cavale en support VHS (franchement c’est une horreur, tout est pourri). Ce qui m’a marqué à ce moment est le fait que nous nous rendions compte de la laideur du produit, au moins, nous sommes conscient que nous sommes nul. Le film est tourné en 16h de temps, monté à l’aide de deux magnétoscopes, et le résultat est plutôt très loin de nos attentes. S’en suit alors un travail approfondi dans la recherche du savoir. Nous nous lançons alors dans le visionnage des making off de films classés série A tels Terminator, Autant en emporte le vent, et bien d’autres. Nous ne lessivons pas non plus dans la lecture de documents portant sur la fabrication de films. L’absence d’Internet ne nous aide pas, car, la documentation avale tout ce que nous possédons comme argent de poche (la galère). Deuxième tentative, Témoin à séduire. A ce niveau, nous savons au moins comment est constituée une équipe de tournage, ce que c’est qu’un plan, un angle, une prise, et bien d’autre choses qui pouvaient nous aider à fabriquer des images. Le tournage se déroule plutôt bien, seulement, il est beaucoup plus long que nous ne l’avions prévu ; 6 semaines à gérer une équipe de 24 personnes. Avec Ousmane à la réalisation et Armand Brice comme assistant, je me charge des prises de vue, et pour la première fois, un (vrai) film est tournée dans la ville de Bafoussam. Malheureusement, personne de nous n’avait pensé au montage. Nous avions 21 bandes des 2 heures chacune et il fallait en fait 2 heures de film. Nous nous rendons donc compte que nous avons encore trop à apprendre.

Le 27 Avril 1998, je quitte le Cameroun pour le Nigeria où le cinéma est déjà assez avancé. Ma mission pour le groupe est d’aller acquérir le maximum de savoir pour pouvoir dans un premier temps faire avancer Témoin à séduire, et ensuite enseigner aux autres. Ce qui est drôle c’est que nous sommes tellement optimiste que nous ne mettons jamais en avant le facteur temps. Après 6 mois passés au Nigeria, je ne savais toujours par où commencer. C’est alors que Ousmane m’y rejoint et nous faisons la connaissance de Branny qui est alors un des producteurs les plus côté du pays de Sani Abacha. Après avoir visionné les bandes du film, il est pris d’admiration par notre travail et se lie donc d’amitié avec nous. C’est donc à travers Branny Video que je fais mes premiers pas dans le monde du cinéma Nigerian en 1998. Après 4 années passé avec cet homme qui me fera franchir les portes blindée de Nollywood, je monte ma propre boite audio visuelle, la Thunder Records, spécialisée dans la production musicale et la post-production cinématographique. En 2004, je fais la connaissance de Jeta Amata, le réalisateur de Amazing Grace (nominé au festival de Canne), qui me fera participer à de très grands ateliers de formation. C’est en 2006, après avoir remporté le best editor award (récompense du meilleur monteur) au Tinapa Film Festival que je fais la connaissance de Patrick Ene, alors patron de la Pat and Ray Picture, et devient le directeur technique de cette boite.

C’est grâce à l’association Horizon Jeune que je décide de rentrer au Cameroun en 2008 pour le tournage de la série Paradis, réalisée par Ousmane Stéphane, qui lui aussi revient après 5 ans passés en France.

Après mon départ du pays en 1998, Ousmane et Armand Brice qui ont fait la connaissance de Théodore Nana, ont continué et ont tourné un autre long métrage intitulé Le successeur. Seulement, la soif de savoir encore plus les poussera à partir aussi ; Ousmane en France, et Armand Brice en Côte d’Ivoire. Nous ne nous sommes jamais perdu de vue, et étant donné que nous nous formions sous des cieux différents, nous ne manquions pas de nous échanger les idées chaque fois que l’occasion se présentait.

(c) http://www.unicafrik.com/sergio/passion

18/11/2010

CI- Culture : Les Jeunes Techniciens de la TV et du Cinéma créent une association

ajtec (1).JPG


(AJTEC-CI) - Le samedi 13 novembre 2010 s’est tenue à Abidjan, l’Assemblée Générale Constitutive et Elective de l’Association des Jeunes Techniciens de la Télévision et du Cinéma de Côte d’Ivoire (AJTEC-CI).

L’AJTEC-CI à pour ambition de créer un réseau actif et porteur de valeur ajoutée, regroupant les jeunes évoluant dans les secteurs de la Télévision et du Cinéma, dans le but d’améliorer leur professionnalisme. La nouvelle association a pour objectifs de :
- veiller à la formation et au renforcement des capacités de ses membres ;
- valoriser le travail des jeunes techniciens travaillant dans ces secteurs ;
- contribuer à la redynamisation du secteur cinématographique et de la télévision en Côte d’Ivoire ;
- contribuer à redonner le goût du cinéma aux ivoiriens et d’initier les plus jeunes à cette culture.

« Nous avons opté pour la précision "jeunes techniciens" non pas pour entrer en conflit avec nos aînés mais plutôt pour manifester humblement notre soif d’apprendre et de nous perfectionner, » a déclaré Honoré Essoh, scénariste et réalisateur, élu Président de l’AJTEC-CI au cours de l’Assemblée Générale Constitutive et Elective de ce samedi.

Les adhérents de l’Association des Jeunes Techniciens de la Télévision et du Cinéma de Côte d’Ivoire (AJTEC-CI) sont des réalisateurs, des producteurs, des assistants réalisateurs, des scriptes, des monteurs, des preneurs de son, des cameramen, des éclairagistes et autres techniciens des métiers de l’image et du son.

« Le premier chantier que nous lançons est un concours de scénarios ayant pour thème La Côte d’Ivoire de demain. Trois scénarios seront sélectionnés. Ils vont participer à des ateliers de réécriture et au bout, trois courts-métrages de 7 minutes seront produits et réalisés, » a ajouté Honoré Essoh après son élection.

Le Secrétaire à la communication du Comité Exécutif de l’AJTEC-CI, Soumahoro Stéphane, monteur, a remercié la direction de l’ISTC (Institut des Sciences et Techniques de la Communication) pour son soutien et invité les jeunes qui travaillent dans les secteurs de la télévision et du cinéma à adhérer à l’association qui se veut « une association portée sur le concret et non sur la théorie ».
news.abidjan.net

05/11/2010

Class'A sur TV5

La série Class'A se positionne sur le plus grand réseau de distribution des programmes télévisuels dans le monde.

TV5MONDE

Programmes

Fiction

CLASS' A

Le parcours d'un groupe d'étudiants inscrits en classe préparatoire en vue de leur entrée à l'université. Entre le combat pour un avenir meilleur et la tricherie, les amitiés et les conflits, les aventures amoureuses et les déceptions, on découvre une jeunesse en pleine ébullition, forte de ses rêves et de ses ambitions. Afrique, Abidjan, Adolescence, Ambition, Amour, Arrivisme... tous les ingrédients sont réunis pour former une véritable « Class'A » !


326x235_class_a.jpg


Réalisation : Zadito Jonas et Armand Brice Tchikamen, 2007-2009
Avec : Bettyna Elui José Affoué (Betty), Gyshlain Hounkpatin (Jules), Hervé Houssou (Alex Salé), Landry Gnamba (Don César), Eunice Alabou Anny (Stella), Souleymane Diaby (Filingué), Michael Sahie Danon (Pythagore), Diane Amany (Audrey), Joséphine Tagro (Mme Frotto), Yves Hervé Yapo N'Guia (Petit Vié), Pierre Ponté Kélétigui (Appolos), Inès Arole Kouassi (Diane), Anata Sanogo (Maman Géné), Germaine Allo (Agnès), Akissi Nadège Kanga (Conforte), Désiré Podé (M. Nango), Bernard Bohoussou (Désiré Kouassi), Sandrine Sahly Salomon (Safi)...
Pays : Côte d'Ivoire

année : 2009
Durée : 26'
Numéro de l'épisode : 23
Nombre d'épisodes : 55

http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/programmes/p-80-s3-z98-lg0-CLASS-A.htm?prg_id=284290&