topblog Ivoire blogs

04/07/2011

L'image 3D doit-elle inquiéter nos yeux ?

3d.png


Initié avec Avatar, le phénomène 3D ne cesse de prendre de l'ampleur. Mais cette révolution technologique est-elle inoffensive pour nos yeux ? L'avertissement de Nintendo déconseillant l'usage de sa console 3D chez les très jeunes enfants a semé le doute… Aujourd'hui, les experts de la société française d'ophtalmologie se veulent rassurants.

Le phénomène de la 3D devrait prendre une ampleur considérable dans les années à venir. Révolutionnaire sur le plan technologique, cette avancée est-elle pour autant sans danger ? Certaines populations seraient-elles plus sensibles que d'autres ? Premiers éléments de réponse pas avant… 2012.

L'appareil visuel est naturellement très résistant

Décembre 2010 : Nintendo déconseille leur tout nouveau jeu avec images en relief chez les enfants de moins de six ans. L'argument invoqué : son utilisation prolongée pourrait altérer le développement de l'appareil visuel. L'alerte, lancée à quelques jours de Noël, a de quoi surprendre et inquiéter. Il n'y a pourtant pas de quoi paniquer ! Cette mise en garde ne repose sur aucune démonstration scientifique, souligne la Société Française d'Ophtalmologie (SFO) qui assure qu'à l'âge où les enfants commencent à jouer avec des consoles en 3D, "il y a bien longtemps que le système visuel est structuré". Et d'ajouter : "L'appareil visuel est suffisamment fort pour résister aux très nombreuses exigences que nous lui infligeons déjà", comme les 3h30 de télévision quotidiennes (selon les statistiques) !

La vision en trois dimensions repose sur le traitement séparé des images entre l'oeil droit et l'oeil gauche, sous un angle légèrement différent, de façon à ce que le cerveau reconstitue le relief, rappelle le Pr Béatrice Cochener, présidente de la SFO et chef de service au CHRU Morvan à Brest. Au cinéma, deux technologies sont utilisées : la séquence d'images codées et l'actif. Toutes deux nécessitent le port de lunettes spéciales :

Des lunettes modales pour la première technologie, dont l'inconvénient est que la qualité de l'image en trois dimensions dépend de la position du téléspectateur dans la salle ;
Des lunettes actives pour la seconde technologie, dont la définition est excellente, et qui présente l'avantage de ne pas dépendre de sa place dans la salle et de ne pas entraîner de flou lorsque l'on ferme un oeil.

Dotés de plus petites surfaces, les smartphones et les consoles de jeux peuvent se dispenser du port de lunettes : leur technologie repose sur un puissant système de lentilles qui reconstituent une image par oeil en dirigeant cette image correctement. La difficulté pour les fabricants est de disposer d'un nombre d'angles de vue suffisamment élevé pour permettre une image par angle de vue et par oeil.

Dangers de la 3D ? Un projet de recherche va évaluer les risques

Devant cette révolution en marche, la SFO a, dans un premier temps, interrogé ses experts quant aux risques éventuels de la 3D. En dépit de l'absence de données, ces derniers se veulent rassurants : "La 3D va exister sans abîmer les yeux". Ils estiment néanmoins que plusieurs risques doivent être évalués : fatigue visuelle, maux de tête, nausées, vision floue, désorientation, etc. Les personnes souffrant de troubles oculomoteurs, celles ayant une mauvaise qualité de leur vision et les jeunes enfants en cours de rééducation de l'amblyopie peuvent représenter des populations plus sensibles.

Il convient donc "d'analyser et de voir si tout le monde va supporter la 3D", indique le Pr Cochener. A cet effet, un projet de recherche nationale a démarré. Intitulé "3D-Comfort& Acceptance : Usage, confort et acceptabilité du relief", il est piloté par Patrick Zucchetta de la société Doremi (technologies spécialisées dans les serveurs de cinéma numérique). Partenaires du projet, dont le financement est assuré par l'Agence nationale de la recherche (ANR), le service d'ophtalmologie du CHRU Morvan à Brest dirigé par le Pr Cochener et le LaTIM (Laboratoire de Traitement de l'Information peut adapter des lunettes pour chacun, en fonction Médicale Inserm U650) auront notamment pour missions de définir les populations à risque et les environnements défavorables, et d'analyser l'activation cérébrale en immersion 3D."On va essayer de voir si tout le monde va bien supporter la 3D et voir comment adapter des lunettes pour chacun en fonction de ses troubles visuels". L'étude doit durer trois ans et les premiers résultats ne sont pas attendus avant 1 an, précise le Pr Cochener à Doctissimo.

Consoles 3D : aux parents d'être responsables !

En attendant, les experts de la SFO font appel au bon sens et à la responsabilité des parents : "Il est certain que laisser les enfants passer des heures devant l'écran peut entraîner des signes de fatigue visuelle (yeux qui piquent, larmoiements, maux de tête). En réalité, ajoutent-ils, ces jeux sont surtout délétères pour le développement intellectuel et psychologique des jeunes cerveaux, par leur contenu à la pauvreté consternante et/ou au prosélytisme de l'usage de la violence" !

Même si cette vision un peu manichéenne des jeux vidéos reste critiquable, les conseils de bon sens quant à l'usage modéré de ces consoles ou des télévisions 3D sont réels. Alors chers parents, sachez limiter l'usage de ces jouets et incitez vos enfants à se dépenser physiquement. Car si les effets sur la vue ou la psychologie des jeux vidéo restent controversés, les conséquences du manque d'activité sur le surpoids et l'obésité sont indéniables.

Amélie Pelletier, le 10 janvier 2011
Mis à jour le 29 juin 2011

Sources :

Conférence de presse de la SFO, le 7 janvier 2011.

Interview du Pr Béatrice Cochener, présidente de la SFO et chef de service au CHRU Morvan à Brest, le 10 janvier 2011.
Infos : doctissimo.fr

03/07/2011

La vidéo ludique face au cinéma ?

Une inquiétante étude qui nous demande d'aller au delà de nos rêves et de nos aspirations. Mais en réalité il n'y a qu'un pas à franchir ...


LE MARCHE DE LA VIDEOLUDIQUE A SUPPLANTE CELUI DU CINÉMA AU ROYAUME-UNI



ps3-clavier2.jpg


Une étude récente a révélé que les jeux vidéo sont devenus plus prolifique que les films puisque ceux ci, ventes de places de cinéma et de DVD cumulées, n’ont pas réussi à ramener autant d’argent que l’industrie vidéoludique.

En effet, les jeux vidéo ont permis d’amasser 1,92 milliard d’euros alors que les films n’en ont récolté « que » 1,33 milliards. De plus, afin de rendre cette performance encore plus belle, sachez que les consoles de jeux ont presque doublé en une seule année, passant de 13,5 à 25 millions d’unités.

Ce chiffre est en grande partie dû au ventes considérables des consoles de Nintendo, la Nintendo DS et de la Wii. On considaire que 73% de la population britannique jouerait aux jeux vidéo.

Source : webactus.net

De la pub destinée au cinéma chez Google

1308557915GoogleCinema.jpg



Le géant américain profite de la grande messe du cinéma mondial à Cannes pour présenter Media Ads, un nouveau format publicitaire destiné à l’industrie du 7ème art.

Google continue de faire son show en dévoilant une autre « nouveauté ». Media Ads consiste à intégrer, dans les liens sponsorisés du moteur de recherche, un lien renvoyant vers une bande-annonce de film ou tout autre contenu similaire, sans que l’internaute quitte la page qu’il est en train de visiter.
Google s’est associé dans un premiers temps à quelques majors de l’industrie cinématographique américaine (Warner Bros ou encore Disney), pour faire la promotion des films tout récemment sortis (ou prévus sortir) en salle comme « Cars 2 » ou « Pirates des Caraïbes 4 ».
Ce format publicitaire peut s’avérer intéressant dans la mesure où la réglementation française est encore assez restrictive quant à la publicité télévisée pour le cinéma.
La facturation reste différente des annonces texte classiques sur Google. Le principe des enchères ne s’applique pas et le coût par clic reste fixe.

Orange et Alcatel font revivre le Cinéma en Afrique francophone

Coup du pub ou action commerciale ? Toujours est-il que quand deux géants de la téléphonie s'y mettent pour faire revivre le cinéma en Afrique francophone ça donne ceci ...


Lancement de la caravane Cinétour par Orange et Alcatel One Touch en Afrique de l’Ouest


Image1.png

Orange et Alcatel One Touch annoncent le démarrage officiel de la caravane « Cinétour par Orange et Alcatel One Touch » en Afrique de l’Ouest.


Le Cinétour par Orange et Alcatel One Touch est une caravane sous-régionale itinérante qui sillonnera les régions du Mali, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Niger, de la Guinée et de la Guinée Bissau à tour de rôle chaque année pendant trois ans pour diffuser gratuitement des films africains et internationaux sur écran géant en plein air.

Fidèle à ses engagements en matière de Responsabilité Sociale d’Entreprise, Orange agit en tant que soutien actif à la création culturelle et à la diffusion de la culture dans les pays d’Afrique ou elle opère. Le Cinétour est né du double constat de l’attrait constant pour l’image et le cinéma par les populations, mais aussi des grosses difficultés de diffusion en salle que connait le cinéma en Afrique depuis plusieurs années. Le Cinétour permet de relancer véritablement le cinéma auprès de son public en Afrique en l’emmenant à la rencontre des populations chez eux, notamment en zone rurale.

Marc Rennard, Directeur Exécutif pour la zone Afrique, Moyen-Orient et Asie du groupe France Télecom-Orange a déclaré : « Orange est très fier d’être à l’origine de ce projet qui permettra à des milliers de personnes en Afrique qui n’auront jamais la chance de fréquenter une salle de cinéma, de voir projeté chez eux dans des conditions de haute qualité les dernières créations du cinéma africain et international. C’est une grande première qui marquera sans aucun doute l’histoire de la diffusion du cinéma en Afrique. »

« Alcatel One Touch est très fier de faire partie de cette aventure exclusive qu’est le Cinétour. C’est une occasion unique de célébrer les valeurs de proximité, de générosité et d’émotions que les téléphones Alcatel One Touch partagent avec le continent Africain », a déclaré Sandra Bozon, Responsable Alcatel One Touch sur l’Afrique Sub-saharienne.

Tout au long du Cinétour, la marque proposera le one touch 305. Au format ultra compact, doté d’un appareil photo intégré, d’un lecteur MP3 et de la radio, le one touch 305 rend accessible a tous l’usage de la photo et de la musique sur mobile.

Frédéric Massin, à la tête de CinéCom, société organisatrice de la caravane : « Au moment de l’âge d’or du cinéma en Afrique, il y avait de très grandes salles, quelques-unes couvertes dans le centre des grandes villes, mais la plupart étaient à ciel ouvert. Grâce à des moyens techniques important – grands écrans et son puissant et de haute qualité – le Cinétour souhaite recréer la magie de ces grandes séances de cinéma en plein air. C’est cet esprit de communion cinématographique que le Cinétour veut recréer lors de ces fêtes de cinéma itinérantes. »

Africable Television a choisi de soutenir le Cinétour et assurera la médiatisation de l’événement auprès du public sur ses antennes en annonçant notamment les itinéraires, lieux et dates de projection dans les différents pays traversés.

Pour accompagner le lancement du Cinétour, la première édition du Festival Orange du Cinéma de Bamako se tiendra dans la capitale malienne du 10 au 13 juin avec 15 films qui seront projetés en 33 séances dans les grandes salles de la capitale (le Babemba, l’Institut Français et Le Blonba), en plus des séances de projections en plein air dans les différents quartiers de la ville.

contact presse
01 44 44 93 93 – Tom Wright, tom.wright@orange-ftgroup.com